Eglise catholique - Diocèse de Cambrai - Cathocambrai.com
Connexion

Array

Homélie 1er dimanche de carême

Vous trouverez ci-dessous l'homélie relative à l'Evangile de Jésus Christ selon St Marc (1, 12-15) année B par le Père Denis LECOMPTE

Jésus au début de sa mission

 

Jésus venait d’être baptisé. Aussitôt l’Esprit le pousse au désert. Et dans le désert il resta quarante jours, tenté par Satan. Il vivait parmi les bêtes sauvages, et les anges le servaient.

Après l’arrestation de Jean Baptiste, Jésus partit pour la Galilée proclamer la Bonne Nouvelle de Dieu; il disait :
« Les temps sont accomplis : le règne de Dieu est tout proche. Convertissez-vous et croyez à la Bonne Nouvelle. »
 
Voici maintenant le temps privilégié du Carême. C'est un temps de vraie retraite. Avec, on s’en doute, des lectures plus denses et plus riches. D'abord nos évangiles des 2 premiers dimanches qui sont des classiques du Carême ; ils figurent au début des 3 années du cycle liturgique : la tentation du Christ et la transfiguration. Puis les 3 derniers dimanches de notre année B s’orienteront sur la méditation du Mystère pascal : la mort et la résurrection du Christ Jésus. Evangile et 2ème lecture nous centreront sur la mort et la résurrection du Christ Jésus.
 
La 1ère lecture court sur son rail propre ; elle détaille les grandes étapes de l’Histoire sainte dans l’Ancien Testament ; étapes qui aboutiront, elles aussi, à la nouvelle Alliance, scellée dans le sang du Christ et débouchant dans la liberté des ressuscités que nous sommes - ou devrions être.
 
Chaque année au 1er dimanche du Carême, la liturgie nous fait prendre le Christ comme modèle et compagnon (tout est là !), en nous faisant méditer sa tentation au désert. 40 jours précise st Marc (40 = quadragésime = Carême ; et il y a eu les 40 ans du peuple hébreu au désert et même les 40 semaines pendant lesquelles une femme porte son enfant, c'est-à-dire 9 mois !) ; notre route vers Pâques.
 
En cette année B, nous lisons le récit de Marc. Surprise : alors que Matthieu et Luc donnent pleins de détails, Marc est bref mais dit l’essentiel.
 
L’épisode se situe aussitôt après que Jésus fut baptisé (comme les 40 années au désert après que le peuple hébreu fut « baptisé » lors de la Pâque dans la Mer Rouge). L’Esprit qui était descendu sur lui au baptême le pousse au désert; nous aussi, nous avons été baptisés et nous avons donc à aller au désert ; le prophète Osée dira de son épouse infidèle : je la conduirai au désert et je parlerai à son cœur (Os 2, 16). L’Esprit poussera encore Jésus à prêcher, à mourir, à vivre la Pâque. C’est l’Esprit divin qui est toujours avec Jésus.
Le désert est d'abord décrit négativement comme le lieu du danger et de Satan symbolisé par les bêtes sauvages ; puis, positivement, comme le lieu de la proximité de Dieu signifié par les anges qui le servaient.
 
Marc ne nous livre pas le contenu de la tentation de Jésus, pas plus d'ailleurs qu’il ne s’attardera au contenu de sa prédication. Mais la lutte du Christ avec les pharisiens tout au long de son ministère   sera comme le prolongement douloureux de sa lutte au désert avec heureusement des moments de bonheur, de Communion comme dimanche prochain : la Transfiguration.
 
Puis le décor change (c'est la finale, la perspective, la conclusion de notre passage d'Evangile) et Marc, tout aussi brièvement, mais en pointant ce qui est important, résume le ministère de Jésus. Celui-ci proclame : Le Règne de Dieu est là, les temps sont accomplis. Cette seule phrase suffit à montrer que Jésus avait nettement conscience d’être bien plus qu'un prophète : celui qui accomplit les temps messianiques ! Evènement inouï : tout est joué, réalisé, accompli !
 
Et pas de neutralité possible ! Convertissez-vous (littéralement : changez de direction), détournez-vous de ce qui vous tient enchaînés. Croyez : attachez-vous au Christ, lui le Règne, la Bonne Nouvelle personnifiés.
 
A chacun de concrétiser ce que, en pratique, cela veut dire pour lui. Nous ferons mieux ce double pas quand nous aurons compris que le Christ désire nous sauver de la morosité, du péché, de la mort;   il désire nous faire vivre, être notre Bonne Nouvelle : il est notre Dieu et notre frère ! C’est à la joie pascale que nous sommes conviés. Dans la Nuit de Pâques nous ferons ce double pas avec plus de solennité. Nous professerons de nous convertir (je renonce) et de nous attacher (je crois) au Christ.
 
Précisément, la 2ème Lecture de ce jour est un Credo baptismal ! Etre baptisé, c'est s'engager envers Dieu avec une conscience droite et participer ainsi à la résurrection de Jésus-Christ. Beau programme pour notre Carême : conversion vis-à-vis de Satan et du péché en nous engageant par nos promesses baptismales ; participer à la vie du Christ Jésus, lui être unis durant ces 40 jours   pour rayonner de sa vie ressuscitée !

 

Père Denis LECOMPTE, le 26 février 2012

 

Article publié par Claire DUPONT • Publié Dimanche 26 fév 2012 - 17h43 • 3950 visites

Millénaire du Saint-Cordon - 20, rue du Grand Fossart 59300 Valenciennes France
Tél/Fax : 03 27 27 20 08
mentions légales |  contact |  © Tous droits réservés