Eglise catholique - Diocèse de Cambrai - Cathocambrai.com
Connexion

Array

Homélie 5ème dimanche de carème

Vous trouverez ci-dessous l'homélie relative à l'Evangile de Jésus Christ selon St Jean (11, 1-47) année A par le Père Denis LECOMPTE

La 1ère lecture est un message d'espérance : Le prophète Ezéchiel s'adresse au peuple d'Israël  qui est en exil à Babylone. Pour ce peuple c'est une période très douloureuse. Mais le prophète lui annonce, de la part de Dieu, qu'un peuple nouveau va surgir des ruines de la défaite. La vie va l'emporter sur la mort. Les déportés se dresseront. "Vous saurez que je suis le Seigneur quand j'ouvrirai vos tombeaux et vous en ferai sortir, ô mon peuple ! Je mettrai en vous mon esprit et vous vivrez". Notre Dieu est le Dieu de la vie, il n'est pas le Dieu des morts mais des vivants. La liturgie de ce dimanche insiste abondamment sur ce point.

Certes, la mort est inévitable et donc apparemment triomphante et pourtant en 2ème lect. st Paul nous dit : "Si l'Esprit de celui qui a ressuscité Jésus d'entre les morts habite en vous, celui qui a ressuscité Jésus d'entre les morts donnera aussi la vie à vos corps mortels par son Esprit qui habite en vous". C'est une parole pleine d'espérance que l'Apôtre nous adresse ici, une parole fondée sur la foi en Jésus-Christ Sauveur, mort et ressuscité, vainqueur de la mort et du péché.

Dans l'évangile de la résurrection de Lazare ou plus exactement de la « réanimation » de Lazare, nous sommes invités à poser cet acte de foi en Jésus Christ mort et ressuscité pour nous.
A Jésus qui lui dit que son frère ressuscitera, Marthe répond : "Je sais que tu le ressuscitera au moment de la résurrection au dernier jour".  Elle renvoie son espérance dans un futur lointain. Jésus va alors la ramener au présent, à l'aujourd'hui de son salut : "Moi, je suis la résurrection et la vie. Celui qui croit en moi, même s'il meurt, vivra ; et tout homme qui vit et qui croit en moi ne mourra jamais".
Est-ce que nous croyons  qu'ici et maintenant, Jésus est la résurrection et la vie ? Ou bien renvoyons-nous à plus tard son œuvre de salut ?

Aucun d'entre nous n'entre dans la Vie sans passer par la mort c'est-à-dire par l'amour, par la résurrection du cœoeur. L'important c'est de mourir à nos prétentions, nos assurances humaines. Quand Jésus nous parle des "pauvres de cœoeur", il s'agit de ceux qui ne sont pas imbus d'eux-mêmes, de leurs certitudes et qui laissent le Seigneur agir en eux. Celui qui reste imbu de ses certitudes ne peut pas comprendre.

La grande résurrection, la résurrection pascale est celle du coeœur maintenant, il s'agit de la conversion, la qualité du coeœur, le coeœur contrit par l'expérience du péché et par le pardon,  la grâce de Dieu. En parlant de son fils prodigue, le père disait : il "était mort et il est revenu à la vie" (Lc 15, 32). Et il ne s'agissait pas ici d'une mort physique puisqu'il était revenu à la maison ; il s'agissait de la mort et de la résurrection du cœoeur !

Problème difficile de la souffrance, de la mort qui a entraîné un certain athéisme : "Si Dieu existait, on ne verrait pas cela !"

Mais l'attitude chrétienne, l'attitude de Jésus est de venir partager nos joies et nos peines… "Seigneur, celui que tu aimes est malade", phrase poignante des 2 soeœurs de Lazare et que l'on reprend à Lourdes ou à la messe des malades…

Et Jésus – notre frère et notre Dieu - a pleuré sur son ami Lazare, il a épousé notre humanité, il a rempli notre souffrance et notre mort de sa Présence, de sa vie divine, de sa puissance "d'amour jusqu'au bout, jusqu'à la Croix" qui donne vie.

Ce qui nous permet d'envisager la vie sans désespérer, c'est l'amour que Dieu nous porte. La réanimation de Lazare et surtout la résurrection de Jésus.

 

Père Denis LECOMPTE, le 6 avril 2014

Article publié par Claire DUPONT • Publié Dimanche 06 avril 2014 • 1103 visites

Millénaire du Saint-Cordon - 20, rue du Grand Fossart 59300 Valenciennes France
Tél/Fax : 03 27 27 20 08
mentions légales |  contact |  © Tous droits réservés