Eglise catholique - Diocèse de Cambrai - Cathocambrai.com
Connexion

Array

Homélie 4ème dimanche de l'Avent

Vous trouverez ci-dessous l'homélie relative à l'Evangile de Jésus Christ selon St Matthieu(1,18-24) année A par le Père Denis LECOMPTE

Nous venons d'entendre  l'Annonciation  faite par l'ange du Seigneur à Joseph. Après quelques réflexions, c'est l'acceptation libre d'un homme juste.

Le psaume 23 de notre messe proclamait : "Qui peut gravir la montagne du Seigneur et se tenir dans le lieu saint ? L'homme au coeœur pur, aux mains innocentes, qui ne livre pas son âme aux idoles. Il obtient, du Seigneur, la bénédiction, et de Dieu son Sauveur, la justice".
 

Cette acceptation libre de Joseph conditionne le début de l'histoire humaine de Jésus. Notre évangéliste Matthieu y insiste : quand l'Ange s'adresse à Joseph, il l'appelle « fils de David » et c'est le même titre annoncé pour Jésus ; les paroles qui suivent montrent bien le mystère de la filiation de Jésus : engendré par l'Esprit-Saint  et non par Joseph, il sera cependant reconnu comme son fils : « Ne crains pas de prendre chez toi Marie, ton épouse » veut dire que Jésus sera introduit dans sa maison, la maison de David ; et c'est d'ailleurs lui, Joseph, qui donnera à Jésus son nom.

A propos de ce nom de Jésus, st Matthieu en donne le sens, « Jésus veut dire le Seigneur sauve » et il explique « Car c'est lui qui sauvera le peuple de ses péchés ». Précision intéressante : le peuple juif attendait impatiemment le Messie et pas seulement un Messie politique qui le libérerait de l'occupation romaine. On attendait un roi,  un leader politique, c'est vrai, de la descendance de David, et c'est lui qui devait restaurer la royauté en Israël ;  mais on attendait  aussi et surtout  l'avènement du monde nouveau, de la création nouvelle, dans la justice et la paix pour tous. Il y a tout cela dans  le nom de Jésus tel que Matthieu le comprend  « c'est lui qui sauvera le peuple de ses péchés ».

Reprenons la phrase « l'enfant qui est engendré en Marie vient de l'Esprit-Saint » : nous possédons deux textes sur la conception virginale de Jésus : ce passage de l'annonce à Joseph dans l'évangile de Matthieu et le parallèle de la célèbre annonciation à Marie chez Luc. Les Ecritures sont inspirées par l'Esprit-Saint. La conception virginale de Jésus est donc un article de foi. Bien évidemment, il ne s'agit pas de prétendre comprendre ni le pourquoi ni le comment de cette volonté souveraine de Dieu ; nous pouvons seulement nous émerveiller de ce plan qui fait  de Jésus à la fois un homme, né d'une femme, venu au monde comme tout le monde si j'ose dire... descendant de David par le bon vouloir de Joseph ; et en même temps Fils Unique de Dieu, conçu de l'Esprit-Saint.


St Paul a proclamé en 2ème lecture de notre messe : "Cette Bonne Nouvelle concerne son Fils : selon la chair, il est né de la race de David ; selon l'Esprit qui sanctifie, il a été établi dans sa puissance de Fils de Dieu".


Reprenons le texte : Matthieu cite les Ecritures, et justement la promesse du prophète Isaïe à Achaz que nous avons entendue dans la 1ère lecture : « Voici que la Vierge concevra et elle mettra au monde un fils auquel on donnera le nom d'Emmanuel qui signifie Dieu-avec-nous ».

Deux remarques sur cette citation de l'Ancien Testament par Matthieu : Matthieu cite ici non le texte hébreu d'Isaïe mais la traduction grecque faite à Alexandrie vers 250 av.J.C. ;  car à l'époque de cette traduction,  on pensait que le Messie naîtrait d'une Vierge.

Deuxième remarque sur le nom de Jésus : l'ange dit : « Tu appelleras ton fils Jésus (c'est-à-dire : « le Seigneur sauve »), car c'est lui qui sauvera son peuple de ses péchés. » Et Matthieu commente : "Tout cela arriva pour que s'accomplît la parole du Seigneur ... on lui donnera le nom d'Emmanuel,  qui se traduit : « Dieu-avec-nous »".

On a presque envie de demander : « Finalement, il s'appelle comment ?  Jésus ?  Ou Emmanuel ? Bien évidemment c'est le but de Matthieu ; et la réponse, il nous la donnera à la fin de son évangile. Cet enfant s'est appelé Jésus, nous le savons bien, (et cela veut dire « le Seigneur sauve son peuple de ses péchés »)   mais quand il quittera les siens il leur dira  « Je suis avec vous tous les jours jusqu'à la fin des temps », ce qui est la traduction d'Emmanuel. Etre sauvé de ses péchés, c'est tout simplement savoir que Dieu est avec nous,  ne plus jamais douter qu'il est avec nous  et « vivre en sa présence »  comme le disait le prophète Michée. C'est ce qu'a fait Joseph justement.

Dans le récit de la Visitation qui nous est rapporté par l'évangile de Luc, Elisabeth dit à Marie « Bienheureuse celle qui a cru ; ce qui lui a été dit de la part du Seigneur s'accomplira ».  Ici, on est tenté de reprendre  ces mêmes mots  pour Joseph : "Bienheureux Joseph qui a cru : grâce à lui,  Dieu a pu accomplir son dessein de salut". St Joseph cité dans chaque Prière eucharistique.

 

Père Denis LECOMPTE, le 22 décembre 2013

Article publié par Claire DUPONT • Publié Dimanche 22 décembre 2013 • 1527 visites

Millénaire du Saint-Cordon - 20, rue du Grand Fossart 59300 Valenciennes France
Tél/Fax : 03 27 27 20 08
mentions légales |  contact |  © Tous droits réservés