Eglise catholique - Diocèse de Cambrai - Cathocambrai.com
Connexion

Array

Homélie du 7ème dimanche de Pâques

Vous trouverez ci-dessous l'homélie relative à l'Evangile de Jésus Christ selon St Jean (17, 20-26) année C par le Père Denis LECOMPTE

La prière de Jésus

 

Notre passage d'Evangile est entièrement constitué par la prière de Jésus.

Avant de la reprendre et de la savourer, commençons par celle du disciple qui le premier - a donné entièrement sa vie par le martyr, St Etienne, en 1ère lecture (Actes des Apôtres). Soulignons que ses derniers mots sont en effet une prière qui reprend - ô combien - l'attitude de Jésus sur la Croix : « Seigneur, ne leur compte pas ce péché » (Jésus avait dit « Père, pardonne-leur, ils ne savent pas ce qu'ils font ») ; et enfin comme Jésus : « Seigneur, reçois mon esprit ».

 

Comme St Etienne, regardons maintenant Jésus, et Jésus dans sa Prière :

 - Je ne prie pas  seulement  pour ceux qui sont là,  mais encore  pour ceux qui accueilleront  leur parole  et croiront en moi

Jésus a donc  prié  pour chacune et chacun de nous,  pour tous les chrétiens  qui,  depuis 2000 ans, s'efforcent de  croire au Christ  en accueillant la parole des apôtres,  ici réunis au Cénacle.  Nous sommes forts de la prière de Jésus !  Quel bonheur et quel dynamisme !

 

- Que tous,  ils soient un,  comme toi, Père,  tu es en moi,  et moi en toi.   Qu'ils soient un en nous,  eux aussi,  pour que le monde croie que tu m’as envoyé.

Nous nous battons les flancs  pour de nouvelles méthodes d’évangélisation.  Jésus,  au moment de quitter ses disciples,  leur livre  la plus efficace : Aimez-vous.  Alors vous attirerez les hommes,  ils seront curieux de vous,  étonnés,  saisis, conquis. Alors que le monde est souvent rempli  d'injustices  et de guerres.

 

- Et moi,  je leur ai donné  la gloire que tu m’as donnée, pour qu’ils soient un comme nous sommes un : moi en eux, et toi en moi. Que leur unité soit parfaite ; ainsi, le monde saura que  tu m’as envoyé, et que tu les as aimés comme tu m’as aimé.

Le monde saura que tu m’as envoyé  pour apporter ton amour ; il verra que l’amour dont tu m?as aimé vit en eux. Jésus demande que cet échange dont le Père aime le Fils vienne aussi en nous ; que nous nous aimions  par, avec et dans l’amour-même qui vibre à l’intérieur de Dieu.  Qu’ils soient un  en nous !  Qu’ils soient un comme nous sommes unis, moi en eux et toi en moi. Voilà l’unité parfaite. Le don va du Père au Fils, du Fils aux disciples, des disciples au monde. Non pas en maillons d’une chaîne ininterrompue mais en jaillissement continu d’une intériorité qui est amour partagé.

 

- La prière s’achève. Que demande Jésus pour terminer ? Père, ceux que tu m’as donnés  je veux que là où je suis, eux aussi soient avec moi, et qu’ils contemplent ma gloire, celle que tu m’as donnée parce que tu m’as aimé avant même la création du monde.

Ceux que tu m’as donnés : quelle tendresse ! Le Père nous a donnés, confiés à Jésus ! Je veux.  C’est le seul « ordre » que, de sa vie, Jésus donne au Père. C’est qu’il y tient. Mais ce qui paraît un ordre n’est, en fait que ce que le Père veut lui-même. Je veux que là où je suis - il parle déjà  en ressuscité, dans sa gloire céleste - eux aussi soient avec moi. Être avec Jésus, partager son bonheur, contempler sa gloire. Contempler. C’est à mille lieues du contresens qui nous imagine au paradis, à genoux sur un nuage, à regarder éternellement Dieu (quel ennui, pense-t-on !). Contempler, c’est expérimentersavourerêtre dedans. Expérimenter, non seulement la glorification du Christ-homme, mais tenez-vous bien,  être plongé dans la gloire divine de Jésus, celle que, en tant que Verbe, il avait avant même la création du monde. Non une gloire froide, mais ce feu, cet Amour, ce frémissement dont tu m’as aimé depuis toujours.

 

- Père juste, le monde ne t’a pas connu, mais moi je t’ai connu, et ils ont reconnu, eux aussi, que tu m’as envoyé. Je leur ai fait connaître ton nom, et je le ferai connaître encore,  pour qu’ils aient en eux l’amour dont tu m’as aimé, et que moi aussi, je sois en eux.

 Ainsi finit cette prière qui n'a pas sa pareille dans toute l'histoire religieuse de l'humanité.  Est-ce encore prière d'homme ? C'est le dialogue du Fils avec le Père, comme devant nous, là. Que dis-je - en nous ! On gémit de voir cette prière rapidement débitée de l'ambon. Comme peuvent aborder bien autrement cette prière ceux qui la savourent dans de longs silences - et en vivent !

 

Père Denis LECOMPTE, le 12 mai 2013

Article publié par Claire DUPONT • Publié Dimanche 12 mai 2013 - 15h38 • 1853 visites

Millénaire du Saint-Cordon - 20, rue du Grand Fossart 59300 Valenciennes France
Tél/Fax : 03 27 27 20 08
mentions légales |  contact |  © Tous droits réservés