Eglise catholique - Diocèse de Cambrai - Cathocambrai.com
Connexion

Array

Homélie dimanche des Rameaux et Passion

Vous trouverez ci-dessous l'homélie relative à l'Evangile de Jésus Christ selon St Luc (22,14-23,56) année C par le Père Denis LECOMPTE

Préparons-nous à la grande SEMAINE SAINTE

Nous venons de revivre la passion de Jésus avec saint Luc (l'Evangéliste de notre année)

 

Il se trouve évidemment un grand contraste entre la Passion de Jésus et la Fête des Rameaux dont nous avons lu l'Evangile au début de la Messe

 

- Le Jour des Rameaux, la foule joyeuse précède Jésus, étendant manteaux et branches d'arbres sur son chemin. Partout ce ne sont que cris de joie et acclamations Béni soit le Messie ! Béni soit Celui qui vient au nom du Seigneur !

 

- Quant à la Passion (22, 14 à 23, 56), elle est ô combien poignante. Plaçons-nous à 3 niveaux :

 

1) La conscience,  le sentiment de Jésus en lui-même

Jésus manifeste une conscience vive de ce qui va se produire. Il va au-devant de son sort et de sa mort. Sa vie est une lente montée vers Jérusalem, cité du Temple et des sacrifices. St Luc le souligne : Jésus marchait « en avant de ses disciples » pour « marcher vers Jérusalem ». Qui plus est, la première déclaration de Jésus pour ouvrir la Passion est très précise : J’ai tellement désiré manger cette Pâque avec vous avant de souffrir.

 

2) Notre sentiment vis-à-vis de Jésus : une douloureuse compassion qui débouche sur l'amour et la foi.

En effet, tout en même temps, st Luc nous invite à partager les sentiments et les souffrances du Christ Jésus dont nous sommes les disciples. Beaucoup le font déjà, notamment la foule en certains passages ; donc nous aussi : Jésus était suivi d’une grande multitude du peuple, entre autres de femmes qui se frappaient la poitrine et se lamentaient sur lui. De même, une fois le meurtre accompli sur le Golgotha, Luc nous signale : tous les gens qui s’étaient rassemblés pour ce spectacle, s’en retournaient en se frappant la poitrine. Enfin la conversion et la foi du centurion : sûrement, cet homme était juste !  Ayons les mêmes sentiments

 

3) Le sentiment de Jésus pour nous et pour son Père

Et surtout, dans cette tragédie qui le tue, st Luc note combien c’est Jésus Lui-même qui console les autres et nous sauve. Aux femmes de Jérusalem, il déclare : Ne pleurez pas sur moi !  Il prie pour que le Père pardonne à ses bourreaux : Père, pardonne-leur car ils ne savent pas ce qu’ils font. Et jusqu’au larron qui lui dit : « souviens-toi de moi quand tu seras dans ton royaume », Jésus a ces paroles stupéfiantes comme une absolution : Aujourd’hui, tu seras avec moi dans le paradis. Enfin, retentira sa dernière parole toute de confiance et de sérénité : Père, entre tes mains, je remets mon Esprit.

Mettons cette confiance, ces sentiments de Jésus dans la Prière Eucharistique et d'abord dans notre Credo.

 

Père Denis LECOMPTE, le 24 mars 2013

Article publié par Claire DUPONT • Publié Dimanche 24 mars 2013 - 17h08 • 2484 visites

Millénaire du Saint-Cordon - 20, rue du Grand Fossart 59300 Valenciennes France
Tél/Fax : 03 27 27 20 08
mentions légales |  contact |  © Tous droits réservés