Eglise catholique - Diocèse de Cambrai - Cathocambrai.com
Connexion

Array

Merci Antonio !

Jour de fête aujourd'hui pour Antonio, le fidèle sacristain de la Basilique depuis une trentaine d'année. Au nom de l'Archevêque, Mgr François Garnier, le Père Bruno Feillet a remis la médaille diocésaine à Antonio.

Bien cher Antonio

 

Si je me souviens d’une de nos discussions, votre père et votre grand-père étaient déjà au service de l’église du village. Il y a dans la famille Cappucciolo comme un gène de fidélité au service de la vie chrétienne et tout spécialement dans les églises.

Ici à Valenciennes, vous avez repris le flambeau de ce service. Cela fait une trentaine d’années que vous participez à la vie de la Basilique. Trente ans ce n’est pas rien.

Dans la Basilique, vous êtes connu bien sûr pour être le sacristain celui, grâce à qui toutes les liturgies se passent bien parce qu’il y a tout ce qu’il faut au bon endroit. Eucharisties, baptêmes, mariages, funérailles aucun des rites qui sont célébrés dans la Basilique n’ont de secret pour vous. Par ailleurs, avec Marie-Louise, votre épouse, vous veillez à ce que les choses soient propres et en ordre. Combien de fois vous ai-je vu, une fois la Basilique fermée le dimanche tout remettre en ordre. Tout ceci fait que grâce à ce labeur quotidien et discret les visiteurs et les pèlerins de la Basilique peuvent venir prier au pied de Notre-Dame en toute sérénité.

Ce que tout le monde ne sait pas c’est que si vous avez contribué à ce que nombre de funérailles se passent au mieux dans la Basilique, vous avez quand même fait passer de vie à trépas bon nombre de créatures du Bon Dieu. Je veux parler des pigeons bien-sûr.  Je vous vois encore l’œil collé à la lunette de la carabine attendant que le volatile fasse une erreur de positionnement pour l’envoyer ad patres. Il faut dire que ce n’étaient pas les dons du Saint-Esprit que ces oiseaux laissaient comme trace de leur passage.

Bien sûr, vous n’êtes pas le seul ni le premier à œuvrer pour cette Basilique. D’autres œuvrent aussi à la beauté du lieu par les fleurs ou la propreté du lieu ou encore l’enchantement de la musique.  Mais voilà, aujourd’hui, il est heureux de vous dire merci à vous tout spécialement.

 

Il ne faut pas être prophète pour savoir que dans votre vie, il n’y a pas eu seulement la Basilique Notre-Dame du Saint-Cordon. Vos mains, ces mains fortes témoignent  d’une vie longue vie de travail dans le bâtiment. Ce qui fait que votre présence dans la Basilique s’est manifestée par un sens aigu des petits travaux et même des gros travaux comme le podium que vous avez construit, si je me souviens bien.

Vous êtes un homme entier, Antonio. Et votre présence dans la Basilique ne relevait pas seulement du travail de la sacristie ou du bricolage utile. Vous avez veillé sur la sainteté du lieu et plus particulièrement sur la statue Notre-Dame. Ce dévouement vous a valu l’estime des Royés et vous êtes membres depuis des années de la prestigieuse confrérie de Valenciennes.

Mais gare aux visiteurs qui ne respectaient pas l’espace de la Basilique comme un lieu sacré. Un certain nombre de visiteurs irrespectueux se souviennent sans doute encore de votre  vigilance. Et des visiteurs inconvenants, il y en a eu, même depuis mon arrivée. Je me souviens encore de ces jeunes gothiques qui avaient laissé des graffiti avec le chiffre 666 de la bête sur les colonnes de la Basilique et qu’il fallut nettoyer après leur départ.

Vous êtes un homme entier Antonio et je l’ai appris à mes dépends mais je dois dire pour la bonne cause. Lorsque j’achetais mon premier cierge pascal, il était vraiment minuscule par rapport aux besoins de la Basilique. C’est alors que vous m’avez dit que si j’étais professeur, vous, vous aviez l’expérience. C’est comme ça que le sacristain a formé le nouveau recteur, que l’ancien a initié le jeune curé que je suis. Et c’est ainsi qu’il me fallut faire une course spéciale pour réparer mon erreur.

 

Vous le savez tous, dans la Basilique, il n’y a pas que la statue de Notre-Dame du Saint-Cordon. Il y a aussi Ste Rita, patronne des causes désespérées. Vous trouverez aussi un certain St Antoine à qui sont confiées toutes les prières pour les objets perdus. Je me demandais, en préparant ce petit mot amical si en fait, ce n’était pas vous le St Antoine ou plutôt le St Antonio de la Basilique.  En effet, vu le nombre de clefs sur lesquelles vous régnez, et la grande connaissance des lieux que vous avez, je ne doute pas qu’après tous les travaux, grâce à vous, nous retrouvions tous ce qui a été entreposé à la sacristie ou encore déménagé dans cette chapelle du lycée Notre-Dame qui nous accueille encore aujourd’hui.

 

Voilà pourquoi cher Antonio, pour cette trentaine d’années passées au service de la Basilique, sur proposition de l’équipe relais et du Conseil de la Basilique qui sont unanimes, l’archevêque de Cambrai, Mgr François Garnier vous décerne la médaille de BRONZE du mérite diocésain.

 

 

 

Père Bruno Feillet,

Recteur de la Basilique Notre-Dame du Sain-Cordon

Samedi 8 décembre 2007

Article publié par • Publié Samedi 08 décembre 2007 • 2914 visites

Millénaire du Saint-Cordon - 20, rue du Grand Fossart 59300 Valenciennes France
Tél/Fax : 03 27 27 20 08
mentions légales |  contact |  © Tous droits réservés