Eglise catholique - Diocèse de Cambrai - Cathocambrai.com
Connexion

Array

Marie, dissipons quelques malentendus

Conférence à deux voix qui fut passionnante.

Les 125 personnes qui se sont déplacées pour participer à l'auditorium St Nicolas à Valenciennes n'ont pas regretté leur soirée.

Il fallait, en préambule aux festivités du Millénaire, une conférence oecuménique. On ne peut ignorer dans une ville au passé marial aussi riche que Valenciennes, mais aussi avec une histoire au côté de l'Eglise réformée dense et parfois tragique, la nécessité du dialogue.

La conférence n'était pas au programme du Millénaire mais elle en constitue le porche d'entrée des festivités qui nous attendent.

 

Il était heureux d'entendre Mme Pascale Watine commencer son intervention parce qui nous unit : Marie de Nazareth, humble jeune fille de Galilée, sauvée par Dieu et qui méditait toute chose dans son coeur.

Il fut passionnant d'écouter le pasteur Frédéric Verspeten nous raconter comment la réforme ne s'est pas déclenché sur une question mariale mais bien sur la critique des abus du clergé et la question des indulgences. Les premiers réformateurs ayant eu sur Marie des paroles pleines de respect.

Ce sont les exagérations de certains catholiques qui ont engendrés une pratique du soupçon chez les protestants. "Marie n'est pas la cause de notre séparation, mais elle en est la victtime".

Heureusement, le XX° siècle a initié un mouvement oecuménique puissant. Le Concile Vatican II a discerné comment donner une juste place à Marie dans l'Eglise.

 

Le dialogue oecuménique a permis de laisser tomber des formules comme Marie Corédemptrice. Il n'y a qu'un seul rédempteur, un seul sauveur, c'est le Christ !

Ce dialogue oecuménique a permis de mettre en place le concept "d'opinion théologique acceptable" et respectable par l'autre partie même si l'unité des Eglises n'est pas conditionnée par leur réception unanime. Par exemple, deux dogmes mariaux ont été proclamés tardivement : Marie, immaculée conception (1854) et Assomption de Marie (1950). Il est convenu que bien que les frères protestants ne les auraient pas proclamés comme tels, l'unité des chrétiens ne sera pas mise en cause pour ce seul motif.

 

Un bon débat s'en suivit qui permis aux intervenants de préciser leur pensée et au public de participer.

 

Merci aux organisateurs et aux intervenants à qui j'adresse encore toute ma gratitude.

 

Pour soutenir les activités du Millénaire vous pouvez faire un don en ligne. Merci.

Article publié par • Publié Mardi 13 mai 2008 • 2825 visites

Millénaire du Saint-Cordon - 20, rue du Grand Fossart 59300 Valenciennes France
Tél/Fax : 03 27 27 20 08
mentions légales |  contact |  © Tous droits réservés