Eglise catholique - Diocèse de Cambrai - Cathocambrai.com
Connexion

Array

Homélie du dimanche du St Sacrement

Vous trouverez ci-dessous l'homélie relative à l'Evangile de Jésus Christ selon St Marc (14, 12-16 22-26) par le Père Denis LECOMPTE

Le premier jour de la fête des pains sans levain, où l’on immolait l’agneau pascal, les disciples de Jésus lui disent : « Où veux-tu que nous allions faire les préparatifs pour ton repas pascal ? » Il envoie deux disciples : « Allez à la ville ; vous y rencontrerez un homme portant une cruche d’eau. Suivez-le. Et là où il entrera, dites au propriétaire : « Le maître te fait dire : Où est la salle où je pourrai manger la Pâque avec mes disciples ? » Il vous montrera, à l’étage, une grande pièce toute prête pour un repas. Faites-y pour nous les préparatifs ». Les disciples partirent, allèrent en ville; tout se passa comme Jésus le leur avait dit; et ils préparèrent la Pâque. Pendant le repas, Jésus prit du pain, prononça la bénédiction, le rompit et le leur donna, en disant : « Prenez, ceci est mon corps ». Puis, prenant une coupe et rendant grâce, il la leur donna, et ils en burent tous. Et il leur dit : « Ceci est mon sang, le sang de l’Alliance, répandu pour la multitude. Amen, je vous le dis : je ne boirai plus du fruit de la vigne, jusqu’à ce jour où je boirai un vin nouveau dans le royaume de Dieu. »

Après le chant d’action de grâce, ils partirent pour le mont des Oliviers.

  

Ces paroles de Jésus  Ceci est mon Corps. Ceci est mon Sang sont incompréhensibles pour qui n'a pas le regard de la foi ; elles deviennent mystérieusement claires pour celui qui croit et qui aime. Depuis 2000 ans, les disciples du Christ Jésus ont prié, réfléchi, partagé pour saisir le sens de ces paroles. On demandait à un petit enfant, ce que Jésus avait voulu dire par ces mots ; et de répondre délicieusement sans hésiter : « Il voulait nous dire C'est bien moi » !

 

Certes, il faudrait, pour bien peser à la fois le symbole et la réalité de l'Eucharistie, en reprendre toutes les préfigurations dans l'Ancien Testament, notamment la Pâque juive, ce à quoi d'ailleurs nous invite St Marc : ton repas pascal. Jésus a en effet choisi le cadre du repas pascal. Continuité mais aussi rupture, radicale nouveauté ! C'est en quelque sorte le sacrifice d'Isaac « inversé » : Abraham allait sacrifier son fils unique, cadeau de Dieu dans son extrême vieillesse; et un bélier - grâce à Dieu - en a pris la place. Ici c'est le Fils Unique de Dieu qui se substitue à l'agneau pascal (bélier), par son propre Corps et son Sang rédempteur, l'Amour immense et inouï de Dieu jusqu'au bout, jusqu'à la mort, jusqu'à la Croix !

 

Merveille de l'Eucharistie ! Au cours d'un rassemblement, on avait observé qu'un jeune trisomique passait beaucoup de temps à la chapelle. Il restait là, assis sur le banc, de longues ½ heures devant le St Sacrement exposé. Avec étonnement, on lui demande : Pierre-Antoine que fais-tu si longtemps à l'oratoire ? « J'écoute Dieu ! » Ah,Il te parle ? Et qu'est-ce qu'Il te dit ? - Il me dit : « Tu es mon fils bien-aimé » !

 

Le père Stan Rougier,  qui fut aumônier de jeunes et prédicateur de retraites, donne ce témoignage très personnel : Je revois le petit enfant que j'étais à 8 ans, bête, pataud, superflu. Je me croyais né par erreur, incapable d'inspirer un intérêt quelconque, de trop ! Et l'on m'annonça que le Créateur venait me rendre visite. En sortant de l'église, ce matin de printemps, je pus marcher la tête haute. Cette 1ère communion fut pour moi un réel « permis d'exister »

 

Mon Dieu, Tu es tout Amour pour moi, Tu m'as créé, donné la vie. Tu me prêtes vie

Tu es venu épouser notre vie, remplir notre vie, nos joies, nos peines de ta Présence. Tu es venu remplir nos souffrances, notre mort de ta Présence. Tu as donné ta Vie pour moi, pour nous. Tu es venu nous sauver, nous aimer jusqu'au bout, jusqu'à la mort, jusqu'à la Croix.

Ton Corps livré, ton Sang versé ! En instituant l'Eucharistie, c'est ton immense Amour qui se prolonge, qui est actuel. Mourir pour nous sans se séparer de nous, sans nous quitter ! Mourir pour nous, c'est l'œuvre d'un amour extrême et l'invention d'une sagesse infiniment amoureuse.

 

Père Denis LECOMPTE, le 10 juin 2012

Article publié par Claire DUPONT • Publié Lundi 11 juin 2012 • 1523 visites

Millénaire du Saint-Cordon - 20, rue du Grand Fossart 59300 Valenciennes France
Tél/Fax : 03 27 27 20 08
mentions légales |  contact |  © Tous droits réservés