Eglise catholique - Diocèse de Cambrai - Cathocambrai.com
Connexion

Array

Homélie 30ème dimanche ordinaire

Vous trouverez ci-dessous l'homélie relative à l'Evangile de Jésus Christ selon St Matthieu (22, 34-40) année A par le Père Denis LECOMPTE

Amour de Dieu et amour du prochain

 

Un groupe de pharisiens a discuté pour savoir comment piéger Jésus, ce paysan de Galilée qui se permet d’enseigner le peuple ; et l’un d’eux, docteur de la Loi donc spécialiste des Ecritures et de leur application pratique, se présente.

 

Les Pharisiens, apprenant que Jésus avait fermé la bouche aux Sadducéens, se réunirent, et l’un d’eux, un docteur de la Loi, posa une question à Jésus pour le mettre à l’épreuve : Maître, dans la Loi, quel est le grand commandement ? 

 

Il y avait bien le Décalogue, les Dix Paroles, mais à côté de cela beaucoup d’autres lois : la circoncision, l’observance des fêtes, les jeûnes, les interdits alimentaires, les ablutions. On comptait jusqu’à 613 préceptes (mitsvoth). Tout ne pouvait être mis sur le même pied : cette législation avait besoin d’un principe. Qu’est-ce qui était le plus important ? Le docteur de la Loi, sûr de sa science, vient demander son avis à Jésus, sans doute persuadé qu’il répondra mal, qu'il opposera et qu’il suscitera les moqueries et les divisions dans la foule. Alors que Jésus va rassembler et unir.

 

Jésus lui répondit : « Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme et de tout ton esprit. Voilà le grand, le premier commandement. Et voici le second qui lui est semblable : Tu aimeras ton prochain comme toi-même. Tout ce qu’il y a dans l’Ecriture, dans la Loi et les Prophètes - dépend de ces deux commandements »

 

1.  L’AMOUR DE DIEU

 

Jésus va chercher sa réponse non dans le Décalogue mais dans la prière essentielle du SHEMAH ISRAÊL qu’il récite matin et soir comme tous ses compatriotes (jusqu’à aujourd’hui) :

           « Ecoute, Israël : Le Seigneur notre Dieu est le Seigneur UN. Tu aimeras le Seigneur. » (Deutéronome 6, 5).

 

   Il ne s’agit pas d’un ordre arbitraire : d’abord le croyant doit écouter. Il lui est rappelé que Le Seigneur est Dieu unique, que ce Dieu l’a créé, l’a libéré, l’a comblé de biens, lui a offert une loi bienfaisante. Donc, en retour, le croyant qui reçoit cette révélation ne peut qu’aimer ce Dieu qui - depuis toujours et pour toujours – l’aime et lui a prouvé cet amour jusque la Croix !

   De ce fait, l’amour du croyant pour Dieu, cet élan vers Dieu  ne peut être que total : de tout ton cœur, toute ton âme, tout ton esprit. Le monothéisme intègre le croyant dans son unité, il l’unifie : personne, raison, volonté. Il le dynamise, le projette dans le flux de l’amour.  « Fais-nous aimer ce que tu commandes » Oraison de ce dimanche.

   Au contraire, si le croyant n’offre à Dieu que quelques gestes ou quelques moments, s’il se réserve la maîtrise sur son existence, il reste déchiré, malheureux. Se donner à Dieu en entier,  c’est se trouver ; sinon on se perd, on s’émiette. L’amour n’est un ordre que pour autant qu’il « ordonne » c.à.d. « met en ordre » le fouillis de l’existence, le mélange de nos qualités et défauts. Il est bien le grand commandement.

 

1. L’AMOUR DU PROCHAIN

 

   Le pharisien interrogeait, au singulier, sur le grand commandement, mais Jésus, au 1er, ajoute tout de suite un second qui est semblable ; Tu aimeras ton prochain comme toi-même (Lévitique 19, 18). A nouveau l’ordre ne tombe pas de façon abrupte : « Tu dois aimer cet homme comme toi-même ». Certains répondraient que c’est impossible : ce serait de l'orgueil, il y a notre égoïsme ; ou encore on ne se sent pas aimable en raison de notre péché, nos blessures, nos mensonges... « Il est plus facile qu’on ne croit de se haïr », disait Georges Bernanos.

Or ce qui est premier ici, c’est l’amour de soi puisqu’on nous dit d’aimer « comme tu t’aimes, toi ». Aussi bien faut-il au préalable s’aimer ! Pour que cela soit vraiment possible, il convient de souligner la logique et la source de ce qui nous est proposé.

En relisant bien, on remarquera les 4 paliers, les 4 facettes de l’amour, qu’il importe de garder dans l’ordre :

- Au point de départ Dieu révèle son amour total  pour l’homme.

- Aimés follement de Dieu, nous pouvons L'aimer.

- Et parce que nous sommes aimés et pardonnés, nous pouvons nous aimer nous-mêmes avec les qualités de l'Evangile.

- Enfin, nous devenons capables d’aimer notre prochain comme nous-mêmes.

 

Et Jésus de conclure : Tout ce qu’il y a dans l’Ecriture (la Loi et les Prophètes) dépend de ces deux commandements.

 

Non seulement ces 2 commandements sont les premiers de la liste des préceptes mais ils en organisent l’ensemble et ils n'en forment qu'un ! Jésus précisera d'ailleurs : De l'amour dont je vous ai aimé, aimez-vous les uns les autres. Voilà le ressort. Que notre amour soit fortifié par le sien ; que notre amour soit glissé dans le sien. Notre Eucharistie !

 

 

Père Denis LECOMPTE, le 23 octobre 2011

Article publié par Claire DUPONT • Publié Dimanche 23 oct 2011 • 3359 visites

Millénaire du Saint-Cordon - 20, rue du Grand Fossart 59300 Valenciennes France
Tél/Fax : 03 27 27 20 08
mentions légales |  contact |  © Tous droits réservés