Eglise catholique - Diocèse de Cambrai - Cathocambrai.com
Connexion

Array

Homélie 22ème dimanche temps ordinaire

Vous trouverez ci-dessous l'homélie relative à l'Evangile de Jésus Christ selon St Marc(7, 1-23) Année B par le Père Denis LECOMPTE

Nous reprenons la lecture semi-continue de l'Evangile de st Marc que le "discours sur le Pain de Vie", rapporté par st Jean, avait interrompu pendant 5 dimanches.

 

Dans ce passage de l’évangile de Marc, nous avons un enseignement de Jésus assez étendu et développé, ce qui est rare en st Marc. On pressent un message d’importance. Le fait qu’il se situe juste avant que Jésus passe en territoire païen, en souligne aussi l'importance.

 

Sont venus de Jérusalem les pharisiens, le parti des purs, à cheval sur tous les détails et les prescriptions de la Loi, avec quelques scribes, spécialistes de l’interprétation de cette Loi.   Ces officiels enquêtent contre ce Jésus dont les disciples semblent mépriser les traditions : Ceux-ci prennent leurs repas avec des mains non lavées. Si Marc précise : des mains impures, c’est qu’il s’agit moins d’hygiène que de rites, car même les repas étaient rituels, religieux.

 

Et l’évangéliste d’expliquer à ses lecteurs d’origine païenne, les coutumes juives qui leur sont étrangères et qu’il prend plaisir à accumuler en une complication ironique : se laver les mains avant de manger; au retour du marché ne pas manger avant de s’être aspergés d’eau… et beaucoup d’autres pratiques : lavage de coupes, de cruches, de plats.

 

Les pharisiens donc accusent : Pourquoi ne suivent-ils pas la tradition des anciens ? Les disciples étaient des Galiléens loin de la stricte Jérusalem, de simples travailleurs qui avaient du mal à se conformer à tous ces détails. De plus, les étrangers païens avaient déteint sur cette région nord de Galilée où l’on était moins regardant.

 

Jésus leur répond. Mais il n’a pas besoin de ces circonstances atténuantes. Il contre-attaque sur le fond même de la question, il les accuse d’être des hypocrites. Ce mot vient ici pour la 1ère fois dans Marc. L’hypocrite est celui qui paraît ce qu’il n’est pas. Il contrefait, il dissimule. C’est la perversion même de la religion. Et Jésus de citer, à l’appui, un passage typique du prophète Isaïe (29,13) : Ce peuple m’honore des lèvres  (paraître), mais son cœur est loin de moi  (il paraît ce qu’il n’est pas).

 

Ce culte est inutile ! Attention aussi à notre vie chrétienne. Que l'hypocrisie et la routine soient le plus possible évacuées ! A Lourdes, on vit beaucoup la ferveur et la charité… Que ces temps forts  viennent soulever notre vie quotidienne !

En citant ainsi le prophète Isaïe, Jésus, fort habilement, s’appuie sur une autorité plus ancienne que les traditions juives, autorité d'Isaïe qui disait déjà : Ce sont des préceptes humains.

 

Ce faisant,  Jésus pose un audacieux principe de morale que tous les moralistes n’ont pas encore digéré :  Le péché n’est pas dans la matérialité de l’acte, mais dans l’homme qui le pose. Dans ce principe, ni subjectivisme, ni liberté des mœurs. Jésus situe simplement le mal : dans le cœur de l’homme. C’est du dedans, du cœur de l’homme que sortent les pensées perverses à l’origine de nos comportements mauvais; et de citer inconduite, vol, meurtre… C’est la seule "liste de péchés" que nous donnent les Evangiles (alors que les lettres des apôtres en contiennent tout un lot !) Elle classe ces péchés par 4 groupes de 3 comme des strophes faciles à mémoriser.

 

Mais l'essentiel c'est la ferveur et la charité, le ressourcement et la convivialité, à Valenciennes comme à Lourdes !

 

Père Denis LECOMPTE, le 30 août 2015

Article publié par Claire DUPONT • Publié Dimanche 06 septembre 2015 • 951 visites

Millénaire du Saint-Cordon - 20, rue du Grand Fossart 59300 Valenciennes France
Tél/Fax : 03 27 27 20 08
mentions légales |  contact |  © Tous droits réservés