Eglise catholique - Diocèse de Cambrai - Cathocambrai.com
Connexion

Array

Homélie 12ème dimanche temps ordinaire

Vous trouverez ci-dessous l'homélie relative à l'Evangile de Jésus Christ selon St Marc (4, 35-41) Année B par le Père Denis LECOMPTE

Voici que les apôtres "emmènent Jésus dans la barque comme il était", sans lui laisser le temps de se préparer. D’autres barques les suivaient... Jésus dormait sur le coussin à l’arrière. Survient une tempête. Elles sont subites dans cette cuvette, où le vent s’engouffre avec une telle violence que déjà la barque s’emplissait d’eau. Les apôtres qui ont pourtant du métier, sont au bout de leur savoir : Nous sommes perdus ! Et Jésus dort.  Quel contraste ! Jésus dort, abandonné à son Père dans une confiance totale, et les apôtres n’ont même pas un bout de foi !

Mais Jésus, réveillé, interpelle le vent, avec vivacité, comme si celui-ci était une personne. Il dit à la mer qui gronde : Silence, tais-toi ! Une espèce d’exorcisme : la mer était pour les anciens le lieu des forces maléfiques et des démons. Aussitôt, le vent tomba, et sur la mer il se fit un grand calme. Devant une telle puissance, les apôtres sont saisis d’une grande crainte, comme toujours dans la Bible, quand Dieu se manifeste ; pensons à Marie, à l’annonciation, aux bergers de Béthléem, aux femmes près du tombeau, le matin de Pâques. Et ils se disaient entre eux : Qui est-il donc, pour que même le vent et la mer lui obéissent ? Oui, qui est-il ? Voilà la question posée depuis le début, et qui aboutira, en un premier temps, à la confession de Pierre (24e dimanche) pour culminer dans la déclaration solennelle de Jésus lui-même devant le Sanhédrin (Mc 14,62). Puis elle résonnera dans le monde entier  par la bouche de l’officier païen sous la croix : Vraiment, cet homme était le Fils de Dieu (15,39)  !

Les apôtres, pour l’instant, n’en sont pas encore là, et ils doivent s’entendre dire par Jésus : Comment se fait-il que vous n’ayez pas la foi ? Après tant de miracles que j’ai déjà faits,  après tout ce que j’ai déjà révélé de  mon être profond ! Hélas ! après tout ce que le Christ nous a dit dans son Evangile et fait pour nous dans ses sacrements,  oui, comment se fait-il que nous réagissions si mal,  que nous ayons peur, que nous doutions de l’avenir de l’Eglise, maintenant qu’elle est secouée violemment, qu’elle prend de l’eau et que Jésus semble dormir ! Il nous faut prier et tenir dans la foi. Crier fort : Maître, nous sommes perdus ; cela ne te fait rien ?

La mer, c’est encore la masse des ennemis de Jésus : pharisiens, scribes, sadducéens, hérodiens...  tous confondus qui s’acharnent contre lui. Et que fait le Christ, alors que les disciples attendent de lui  un signe de puissance ? Il dort, non plus sur un coussin, mais sur le dur bois de la croix ; il s’endort dans la mort. Et les apôtres sont désemparés : Nous espérions que c’était lui qui délivrerait Israël ! gémissent les 2 déçus d’Emmaüs.

Et voilà que, contre toute attente, alors que les Onze ont perdu tout espoir, Jésus se lève. Dans le calme radieux du matin de Pâques, il se relève du sommeil de sa mort. Il apparaît à ses disciples  et leur dit : La paix soit avec vous.

Encore une de ces explications tirées par les cheveux, penseront quelques-uns ! - Et si c’était précisément la plus profonde ? Le fil d’or, le fil pascal qui parcourt toute la tapisserie des évangiles, et qui fait de chaque dimanche une fête pascale.

 

Père Denis LECOMPTE, le 21 juin 2015

Article publié par Claire DUPONT • Publié Dimanche 21 juin 2015 • 931 visites

Millénaire du Saint-Cordon - 20, rue du Grand Fossart 59300 Valenciennes France
Tél/Fax : 03 27 27 20 08
mentions légales |  contact |  © Tous droits réservés