Eglise catholique - Diocèse de Cambrai - Cathocambrai.com
Connexion

Array

Déjà en 1944

Les visitations dans les paroisses que nous vivons en ce moment ne sont pas les premières. L'histoire a gardé un souvenir ému du voyage de Notre-Dame, en 1944, dans l'arrondissement de Valenciennes. Récit

LE VOYAGE
DE NOTRE-DAME DANS L'ARRONDISSMENT DE VALENCIENNES EN 1944

Vers la fin de la seconde, en 1944, la Madone aimée des Valenciennois alla visiter les paroisses de l'arrondissement qui correspond à l'ancien comté de Valenciennes.
Partie de sa basilique le dimanche 30 juillet, accompagnée d'un groupe de prêtres et de laïcs, en dépit des bombardements qui préludaient à la libération, Notre-Dame voyagea la nuit, et stationna le jour dans les églises des villes et des villages dont les noms suivent. La première semaine à Marly, Saint-Saulve, Onnaing, Vicq, Crespin, Blanc-Misseron; la deuxième à Quièvrechain, Quarouble, Rombies, Estreux, Sebourg, Curgies, Saultain; la troisième à Préseau, Artres, Aulnoy, Famars, Quérénaing, Maing, Thiant ; la quatrième à Haulchin, Wavrechain, Denain, Douchy, Noyelle, Neuville, Lieu St-Amand; la cinquième à Bouchain, Marquette, Wavrechain-sous-Faux, Roeux, Abscon, Escaudain.
Elle se trouve dans cette dernière localité, le 1" septembre, au milieu des mêmes ardentes implorations que partout ailleurs, quand la débâcle allemande s'affirme décidément par une retraite précipitée, et quand sont signalées les troupes américaines. La proximité des combats interrompt le voyage de la Madone. La ramener à Valenciennes, en attendant la suite en des jours meilleurs n'est pas chose aisée. Tous s'y mettent, clergé, Royés, gens de bonne volonté, hissant la statue sur une charrette qu'ils traînent ensemble à force de bras. Parvenus à La Sentinelle, il faut encore descendre en ville et affronter pour cela le difficile passage de l'Escaut. Un groupe parti de Valenciennes va se joindre à l'autre; et la Vierge est reconduite parmi les balles à sa basilique, le soir du samedi 2 septembre, sans que nul de son escorte ait été blessé.
Huit jours plus tard, le dimanche 10, le Tour du Saint-Cordon fut une véritable apothéose, justifiant ces paroles de M. le chanoine Fasseaux, doyen de Notre-Dame : « Ce n'est pas encore le Te Deum de la victoire, mais le Magnificat de la cité redevenue libre ... »
Après que la procession, derrière la statue de la Madone protectrice, se fût déroulée en ville, elle eut lieu également au dehors selon la coutume. Un jeune prêtre, l'abbé du Sartel, prononça en plein air le sermon traditionnel pendant la halte du cortège dans le marais de l'Espaix; et au retour, ce fut le vénérable archevêque de Cambrai, Mgr Chollet, plus qu'octogénaire, qui prit la parole dans la basilique emplie d'une foule immense.
« Notre-Dame du Saint-Cordon, conclut-il, après nous avoir délivrés, nous aidera à résoudre les problèmes que soulèvent aujourd'hui: la condition de l'ouvrier, la reconstruction des foyers, la restauration de la morale publique et privée, le règne enfin de la justice. Il faut, pour faire oeuvre durable de restauration, dans la con-corde et l'union de tous, que Dieu retrouve sa place dans la Cité ».

Article publié par • Publié Vendredi 04 avr 2008 • 1617 visites

Télécharger le fichier PDF "1944 Visitation" (225.2 Ko)
contenu du fichier
Millénaire du Saint-Cordon - 20, rue du Grand Fossart 59300 Valenciennes France
Tél/Fax : 03 27 27 20 08
mentions légales |  contact |  © Tous droits réservés