Eglise catholique - Diocèse de Cambrai - Cathocambrai.com
Connexion

Array

Homélie 4ème dimanche de Carême

Vous trouverez ci-dessous l'homélie relative à l'Evangile de Jésus Christ selon St Jean (3, 14-21) Année B par le Père Denis LECOMPTE

C'est une catéchèse splendide qui nous est faite ce dimanche. Tous les mots-clés de st Jean  se succèdent en cascade : élever, Fils de l’homme, donner, croire, aimer, lumière,  ténèbres, vérité, jugement.

 

Nous sommes dans l'entretien avec Nicodème. Jésus part d’un fait qui s’était passé au désert : les Israélites furent attaqués par de redoutables serpents brûlants ; Moïse fabriqua un serpent de bronze qu’il planta sur un bâton ; quiconque regardait le serpent était guéri. En Egypte, à Babylone, le serpent était le signe d’une divinité aux vertus bénéfiques. Comme emblème, nos médecins et pharmaciens ont toujours le caducée : un serpent élevé sur un bâton !

 

Jésus ne porte pas de jugement sur ce qui a pu être un talisman. Pour lui, c’est un simple point de comparaison : comme le regard porté sur le serpent de bronze guérissait les morsures, ainsi - et bien autrement - celui qui regarde le Fils de l’homme élevé  aura-t-il la vie.

 

II s’agit donc de regarder, d’un regard de foi, Celui qui est élevé. St Jean dira de Jésus en croix, après que le soldat lui eut ouvert le côté : "Ils lèveront le regard vers Celui qu’ils ont transpercé" (Jn 19,37 citant le prophète Zacharie 12,10). Celui qui le contemplera d’un regard de foi comprendra que Dieu a tant aimé les hommes qu’il a donné son Fils unique ;  le contempler avec des yeux lumineux, transparents, "brillants" de désir et d'amour… Mais celui qui le regardera à la façon des pharisiens, avec haine et mépris ou dans une coupable indifférence, y lira son jugement.

 

Ce n’est pas Dieu qui juge, à proprement parler, car Dieu a envoyé son Fils non pas pour juger le monde, mais pour le sauver. Ce n'est pas tant Dieu qui juge… L’homme se juge lui-même : celui qui croit sera sauvé, celui qui ne veut pas croire est déjà  jugé.

 

"Croire" au sens fort d’une foi qui agit selon la vérité (littéralement : qui fait la vérité). Celui qui ne croit pas préfère les ténèbres à la lumière. Et pourquoi ? Parce que ses œuvres sont mauvaises.

 

Ce passage est sublime mais avec un contraste terrifiant. Dieu a tant aimé. Celui qui l’accepte et le vit, obtiendra la vie éternelle. Celui qui le refuse, est déjà jugé. "On ne badine pas avec l’Amour" !

 

Du même coup d’aile, st Jean nous fait regarder jusque dans le mystère même de Dieu, de Dieu qui est Père, puisqu’il a un Fils unique. Il l’a donné, ce Fils. Déjà, le mystère se dévoile où le Père et le Fils sont engagés : le Père, par amour, a donné ;  le Fils, par amour, s’est donné. St Paul l'exprimait magnifiquement en 2ème lecture : Frères, Dieu est riche en miséricorde à cause  du grand amour dont il nous a aimés. Nous sommes à la Mi-Carême, dimanche de la Joie ; plus que jamais, nous regardons l'Amour inouï du Vendredi Saint avec le Vie de Pâques.

 

De fait, ce Mystère extraordinaire d'amour, st Jean le résume dans la phrase d'Evangile qui est un sommet de théologie, et qu’il répète, tant elle lui est précieuse : Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique. Ainsi  tout homme qui croit obtiendra la vie éternelle.

- - - - - -

PAPE FRANCOIS : « Ce n’est qu’en contemplant l’humanité souffrante de Jésus que nous pouvons devenir doux, humbles, tendres comme lui. Il n’y a pas d’autre voie.

Certes nous devons faire l’effort de chercher Jésus : de penser à sa passion, à ce qu’il a souffert ; de penser à son silence doux. Cela sera notre effort. Ensuite c’est lui qui pensera au reste et qui fera tout ce qui manque. Mais tu dois faire cela : cacher ta vie en Dieu avec le Christ.

 

Pour rendre témoignage : contemple Jésus. Pour pardonner : contemple Jésus qui souffre. Pour ne pas haïr ton prochain : contemple Jésus qui souffre. Pour ne pas dire du mal de ton prochain : contemple Jésus qui souffre. Il n’y a pas d’autre voie ». (Messe à s. Marthe 12 septembre 2013)

 

Père Denis LECOMPTE, le 15 mars 2015

Article publié par Claire DUPONT • Publié Dimanche 15 mars 2015 • 890 visites

Millénaire du Saint-Cordon - 20, rue du Grand Fossart 59300 Valenciennes France
Tél/Fax : 03 27 27 20 08
mentions légales |  contact |  © Tous droits réservés